Le référencement On-Site se réfère à tout ce que vous pouvez faire pour améliorer votre site web afin qu’il soit bien positionné dans les pages de résultats des moteurs de recherche. Bien que un de facteurs SEO les plus important pour être dans le top du classement est la présence de contenu de qualité, vous ne devez pas pour autant négliger l’optimisation technique.

Que vous ayez créé vous-même votre site ou que vous en ayez fait appel à un ami ou un professionnel, vous avez la possibilité de vérifier par vous-même l’optimisation technique de votre site avec de nombreux outils en ligne si vous êtes un minimum débrouillard. J’ai répertorié 4 critères techniques qui peuvent influencer considérablement le référencement naturel de votre site.

1. L’indexation de votre site : La 1ère étape de l’optimisation On-site

Afin de vous assurer de la bonne présence de l’ensemble des pages pertinentes de votre site, vous pouvez utiliser différents outils, notamment ceux de Search Console mis à disposition par Google (anciennement Webmaster Tools) qui vont vérifier comment sont considérées vos pages dans l’index du moteur de recherche.

Pour une bonne optimisation On-site Voici quelques éléments que vous pouvez donc vérifier au préalable :

  • Le fichier robots.txt est-il correctement configuré ?
  • Y a-t-il des ressources bloquées ?
  • Des amélioration HTML sont-elles possibles ?
  • Les balises canonical sont-elles correctement gérées ?
  • Les URL sont-elles toutes claires, lisibles et pertinentes pour l’internaute ?
  • Le fil d’Ariane, s’il est présent, est-il bien interprété par Google ?
  • Est-ce qu’il y a des erreurs d’exploration? (Erreur 404, Code 302…) ?
  • Y a-t-il un fichier sitemap permettant de rendre vos pages accessibles ?
  • Votre site contient-il des liens cassés ?

Pour que votre site soit correctement indexé dans les moteurs de recherche, il est indispensable d’avoir un site « propre » : Google est un accro du code en général et plus particulièrement de votre code HTML. Ainsi un site bien construit avec une structure simple et contenant du bon contenu en HTML vous permettra d’être mieux positionné qu’un site qui a été mal conçu.

2. La vitesse d’affichage de vos pages web

Améliorer le temps de chargement des pages est doublement bénéfique pour votre optimisation on-site SEO :

  • Pour les internautes qui préfèrent les sites qui se chargent vite et sur lesquels ils n’ont pas besoin d’attendre avant d’accéder aux contenus.
  • Pour Google également qui prend en compte la vitesse de chargement des pages pour le référencement.

La vitesse de votre site influe donc à la fois sur l’expérience utilisateur mais aussi sur les moteurs de recherche qui prennent en compte le taux de rebond.

Vous pouvez tester la vitesse de votre site indépendant de votre vitesse de connexion avec GTmetric ou PageSpeed Insights de Google. Pingdom Tools va encore plus loin en analysant en temps réel la vitesse de votre site et en vous alertant au cas où celui-ci est down. Utile pour réagir rapidement en cas de problème avec votre serveur.

Voici quelques conseils pour améliorer la vitesse de votre site :

Investissez dans un hébergeur de qualité : Pour avoir un site qui s’affiche rapidement, il est nécessaire d’avoir un bon hébergeur qui assure stabilité, puissance, disponibilité, et sécurité. Pour cela, vous devez malheureusement mettre la main à la poche et investir dans un hébergement de qualité. Amazon estime par exemple que 100ms de gagnées sur le chargement de ses pages, c’est 1% de chiffre d’affaires en plus. A vous de peser le pour et le contre !

Optimisez le poids des images : Intégrer de belles images sur son site, c’est cool et ça booste votre SEO ! Cependant, réduire le poids de ses images permet d’accélérer la vitesse d’affichage des pages. Pour commencer, prenez l’habitude d’utiliser des formats adaptés de type .PNG ou .JPG. Utilisez Gimp ou Photoshop pour redimensionner vos images en gardant une bonne qualité. Si vous utilisez WordPress, compressez-les à l’aide d’un plugin comme WP Smush.

Optez pour un CDN : Un CDN permet de stocker des ressources sur de multiples serveurs externes afin de fournir à chaque internaute les fichiers dont il a besoin de la manière la plus rapide possible. Ainsi, le serveur de votre site devient ainsi moins sollicité lors des pics de trafic. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter ce tuto de SeoMix pour installer un CDN sur WordPress.

Utilisez le moins de plugins possibles : Si comme moi, vous être un afficionado de WordPress et utilisez des dizaines de plugins, vous vous êtes sûrement rendu compte que votre site est de plus en plus en lent au fur et à mesure que vous en avez installé. Faites donc le tri de temps en temps en ne gardant ceux qui sont réellement indispensables et vous verrez que votre site sera un peu plus rapide.

Utilisez des Sprites CSS : Il s’agit d’une méthode qui consiste à se servir d’une seule et même image qui en contient plusieurs, en n’affichant que ce qui vous intéresse. Plutôt que d’avoir plusieurs petites images dispersées à aller chercher, un seul visuel permet de gagner pas mal de temps et donc d’améliorer la vitesse d’affichage de votre site. Si vous êtes prêt à vous salir les mains, voici un cours complet pour bien utiliser les Sprites CSS.

Nettoyez et réduisez la taille de votre base WordPress : Le « nettoyage » de votre site WordPress à une fréquence régulière est conseillé, lorsque vous ayez besoin de libérer de l’espace sur votre serveur et sur votre/ base de données. Pour en savoir plus, on parle en détail dans cet article complet.

3. La compatibilité « Mobile Friendly »

Un site dont la navigation est correctement optimisée pour les Smartphones et les tablettes influence de manière positive le référencement de votre site internet. A l’inverse, un site n’affichant pas les caractéristiques de base de navigation pour un site responsive design peut entraîner un déclassement sur les pages de résultats. Depuis 2014, la validation par Google de la compatibilité de votre site avec les supports mobiles est donc un critère important que vous devez impérativement prendre en compte car il est pris en compte dans l’algorithme de classement des résultats.

Heureusement, Google propose un outil gratuit qui permet de vérifier si votre site est bien compatible. Si ce n’est pas le cas, il vous donne également les raisons pour les lesquels votre site n’est pas adapté aux mobiles :

  • Les pages de contenu sont mal dimensionnées (exemple : pas de scroll vertical)
  • Les polices des textes sont trop petites
  • Le site utilise des technologies qui ne sont pas prises en charge par le mobile comme le Flash
  • Les liens sont trop proches ou difficile à cliquer

Les conseils de Google pour être « Mobile Friendly »

Voici les conseils dictés par Google qui sont importants de prendre en compte :

  • Assurez-vous que Googlebot peut explorer vos fichiers JavaScript, CSS et image avec la fonctionnalité Explorer comme Google de Search Console. Cet outil reproduit fidèlement la façon dont Googlebot voit et affiche votre contenu, et vous aide à identifier et à corriger un certain nombre de problèmes d’indexation sur votre site.
  • Vérifiez et testez votre fichier robots.txt dans le Search Console.
  • Effectuez un test d’optimisation mobile de vos pages pour savoir si votre site Web est compatible avec les mobiles.
  • Si vous utilisez d’autres URL pour vos pages mobiles, assurez-vous de tester les URL mobiles et pour ordinateur, afin de vérifier que la redirection est reconnue et peut être explorée.

4. Structurer votre site avec le cocon sémantique

Le maillage interne est le fait de créer des liens entre vos pages de même thématique afin de leur donner plus de poids. De préférence, liez vos contenus avec des ancres sur les mots clés sur lesquels vous souhaitez vous positionner et proches de la même sémantique.

Le Siloing

Le Siloing est le principe de mise en place d’une arborescence de site compartimentée dans laquelle chaque silo renferme une thématique spécifique. Chaque silo s’organise ensuite autour d’une structure hiérarchisée, avec en point d’entrée que l’on appelle landing page qui permettra de positionner le mot-clé principal de cette page dans les moteurs de recherche mais aussi d’améliorer la pertinence de votre site. Le but est donc de pousser la page principale sur un mot clé donné grâce aux pages qui lui font un lien à l’intérieur du même silo.

Il s’agit probablement d’une des étapes les plus importantes pour bien positionner son site mais aussi l’une des plus complexe et longue à mettre en place. Le maillage interne et notamment la méthode du cocon sémantique qui reprend les principes du Siloing peut vous donner des résultats incroyables si vous l’utilisez correctement. Veuillez noter que le Siloing et le Cocon sémantique ne sont pas la même chose même s’ils sont relativement proche.

Et Laurent Bourelly créa le cocon sémantique

Un moyen d’y parvenir est d’utiliser la méthode du cocon sémantique de Laurent Bourelly qui reprend des éléments fondamentaux du Siloing, comme la structure ou le maillage mais en proposant une approche différente en se positionnant du côté des besoins de l’internaute. Cela consiste donc à créer des silos thématiques et indépendants au sein desquels vous aurez des pages parents et des pages enfants. Cela permet de segmenter l’information et de distribuer correctement le jus de vos liens vers les pages que vous souhaitez positionner. A la différence du siloing, cette structure implique la segmentation et le cloisonnement des contenus du site en thématiques fixées en fonction des besoins du buyer persona et non la segmentation de vos produits ou services.

Le concept n’est pas forcément évidement. Voici donc une infographie qui permet de mieux comprendre ce fameux cocon sémantique.

cocon sémantique

Tout ce travail de construction du cocon peut être facilité par l’utilisation d’un outil de mindmapping proposé par Laurent et intégré directement dans WordPress. Vous pouvez aussi réaliser facilement un mindmap de cocon avec un outil classique de mindmapping comme il en existe des dizaines.

cocon sémantique shéma

Le cocon sémantique est finalement une technique qui demande énormément de contenus avec parfois des centaines de pages ou d’articles. Cela demande donc du temps et des ressources (financières ou humaines). Grâce à cette stratégie vous parviendrez à positionner votre site en premier sur des mots-clés très concurrentiels sur le moyen et long terme en agissant simplement sur le maillage interne.

Voici un résumé de l’optimisation technique et on-site que l’on peut mettre en place aujourd’hui pour améliorer le référencement d’un site internet. S’il y a des points qui ne vous semblent pas clairs, n’hésitez pas à me laisser un message en commentaire !