Lorsque vous souhaitez lancer une activité en freelance, vous devez choisir un statut juridique pour votre entreprise. C’est un choix très important, car le statut choisi aura des impacts sur la vie de votre entreprise en termes de couverture sociale, de responsabilité, et de fiscalité.

Parmi les multiples options possibles, la microentreprise et le portage salarial sont souvent choisis pour démarrer une activité de service. Voici un résumé des modalités de ses deux statuts et comment faire le bon choix entre ces deux options.

Le portage salarial : liberté de l’indépendant avec la sécurité du salarié

Le portage salarial est une option intermédiaire entre l’indépendance et le statut de salarié. C’est une solution qui permet de tester une activité avant de se lancer dans la création d’entreprise. 

Être accompagné pour lancer une nouvelle activité

Le principe du portage salarial est d’être employé par une société de portage salarial, avec un statut de salarié et tous les avantages que cela comporte, et en même temps de réaliser des missions que vous choisissez en toute indépendance. C’est la société de portage qui gère toutes les démarches administratives de facturations et vous n’avez pas à créer votre entreprise.

Cette solution est idéale pour ceux qui recherchent la liberté tout en bénéficiant d’une sécurité, de démarches administratives simples et d’un accompagnement. La société de portage sert d’intermédiaire entre vous et vos clients. Elle facture vos clients et vous reverse un salaire. C’est aussi un accompagnement qui vous assure une protection sociale, vous apporte une visibilité auprès de prospects, et vous conseille tout au long de votre vie d’entrepreneur.

Rester maître du choix de ses missions

Bien que ce soit la société de portage qui vous emploie, c’est vous qui trouvez et choisissez vos missions. Vous gardez donc le contrôle de vos missions, de votre emploi du temps et de votre mode d’organisation. 

Choisir une société de portage salarial

Il existe de nombreuse société de portage. Certaines sont spécialisées dans certains secteurs d’activité. Une même société de portage peut posséder des antennes dans plusieurs villes comme Rhapsody Marseille et Rhapsody Lyon. L’expertise en recrutement de ses sociétés est aussi un atout pour vous conseiller dans votre projet d’entrepreneuriat.

La microentreprise : devenir indépendant facilement

Le statut de microentrepreneur est idéal pour démarrer une activité simplement et à moindres frais, à condition que cette activité rentre dans le cadre des modalités de ce statut.

Un statut ouvert aux activités commerciales, artisanales et libérales

Le statut de microentrepreneur est ouvert à la majorité des professions, mais il faut se renseigner sur les rares qui sont exclues. Les activités autorisées sont réparties en trois catégories :

  • Activités commerciales : achat et vente de marchandises, mais aussi prestations de services commerciaux (chambre d’hôte par exemple) ;
  • Activités artisanales : créations et fabrications artisanales (bijoux ou autres objets), ainsi que prestations de services (plombiers, peintres…) ;
  • Activités libérales : conseil et expertise (coach, formateur…).

Il faut choisir dans quelle catégorie s’inscrit votre activité, car cela impacte les formalités administratives de votre entreprise. 

Des démarches de création et de gestion simplifiées

Le principal avantage du statut de microentrepreneur est de bénéficier de démarches simplifiées pour la création de votre entreprise, mais aussi pour sa gestion. Les principaux avantages sont :
• Une création en ligne simplifiée, rapide et gratuite ;
• Pas d’apport en capital requis ;
• Un calcul et un mode de paiement simple des cotisations sociales ;
• Pas de cotisations sociales à payer en l’absence de recettes ;
• Une comptabilité se limitant à la tenue d’un livre de recette ;
• Pas de TVA à gérer sous un certain seuil de chiffre d’affaires.

Des avantages mais aussi des limites

Si le statut de microentrepreneur présente de nombreux avantages, il a aussi ses limites. La principale est la limitation du chiffre d’affaires (CA). En effet, ce statut n’est pas fait pour faire un gros CA. La limite est de 176 200 euros HT pour les activités commerciales, et de 72 600 euros HT pour les activités de service commerciales ou artisanales et les professions libérales. Au-delà de ce plafond vous sortez du statut de la micro. 
Il existe aussi des plafonds de TVA. Si vous voulez éviter d’avoir à gérer la TVA, votre plafond de CA à ne pas dépasser sera de 85 800 euros pour les activités de vente et 34 400 euros pour les prestations de service.
Enfin, les charges n’étant pas déductibles, si votre activité entraîne des charges importantes, ce statut n’est pas intéressant.

Faire le choix entre microentreprise et portage salarial 

Sachez tout d’abord qu’il est tout à fait possible de cumuler les deux statuts. En effet, le statut de microentrepreneur est compatible avec celui de salarié. Le portage salarial vous apporte tous les avantages du salariat pour ce qui est de la couverture sociale, de la cotisation retraite et de l’assurance chômage. Mais cela a un coût, de l’ordre de 10 % sur votre chiffre d’affaires. Si vous êtes un phobique des formalités administratives, ce coût reste un bon investissement et vous garantit la tranquillité. Mais si la paperasse ne vous affole pas, et si vous voulez être totalement indépendant, la microentreprise est faite pour vous.

 

Pin It on Pinterest

Share This