Comprendre le trafic de votre site web est une étape indispensable pour connaître les canaux d’acquisition à optimiser. En effet, tous vos leviers webmarketing n’ont pas le même impact sur le trafic de votre site.

Mesurer les différentes sources de trafic avec Google Analytics se révèle donc souvent nécessaire pour identifier de nouveaux axes d’amélioration.

Les différentes canaux d’acquisition d’un site web

Dans les rapports de Google Analytics, on peut distinguer au maximum 8 sources différentes de trafic. Toutefois, il faut savoir que vous ne verrez pas les sources où vous n’avez aucun trafic dans votre tableau de bord. Voici les canaux d’acquisition à connaître :

Trafic organique

Le trafic organique correspond aux visites venant des moteurs de recherche comme Google ou Bing. Il est à noter que cette source prend uniquement en compte le trafic issu des résultats naturels et non des liens sponsorisés par Adword qui sont dans une catégorie distincte.

Il faut savoir que le trafic organique obtenu par le référencement naturel, est un levier non négligeable à considérer pour générer un nombre important de visiteurs et rentabiliser son site. Pour cela, il est indispensable de connaître sur quels mots-clés se positionner afin de créer les contenus adaptés répondant aux requêtes des internautes.

Toutefois, vous vous rendrez vite compte qu’en voulant obtenir plus de détails sur le trafic organique, Google Analytics brouille les pistes avec la mention “not provided” sur les principales requêtes. Heureusement, Google Search Console et d’autres outils permettent d’obtenir plus de données.

Trafic direct

Le trafic direct est l’une des sources les plus fréquentes de visites sur votre site. Comme son nom l’indique, il est défini par les visiteurs qui viennent directement sur votre site, en entrant par exemple manuellement l’URL du site web ou en venant directement depuis les favoris.

Les données de ce trafic sont à prendre avec des pincette car dans de nombreux cas, il provient des employés internes, des partenaires ou des clients actuels qui passent par votre site pour se connecter à leur compte. Mais cela est aussi être révélateur d’une excellente notoriété si des utilisateurs viennent spontanément sur votre site.

Trafic referral

Le trafic de référence est utilisé pour décrire les visiteurs de votre site qui proviennent de liens depuis d’autres sites autres que les moteurs de recherche et les réseaux sociaux.

Par exemple, d’autres sites qui considèrent votre contenu comme une source crédible peuvent intégrer un lien vers votre site. Mais ces liens peuvent aussi être des liens en provenance de commentaires de blog, de forums ou d’annuaires.

Appelés également backlinks dans le jargon du SEO, ces liens ont un rôle non négligeable pour le référencement sur Google. Un lien obtenu depuis un site à forte autorité et contextualisé aura beaucoup plus de poids et de valeur qu’un simple lien de commentaire ou de forum.

Trafic social

Il s’agit bien sûr du trafic obtenu des réseaux sociaux. Auparavant ce trafic n’était pas distingué du trafic référent sur Google Analytics. S’agissant d’une grosse source de trafic pour beaucoup d’éditeurs, Google a rendu cela possible.

Google Analytics vous permet donc de voir d’où viennent les visiteurs depuis Twitter, Facebook, Google+ ou d’autres sites de réseaux sociaux. Le ROI de ce canal étant souvent sujet à controverse, l’avantage avec Google Analytics est que vous pouvez définir des objectifs, mesurer la conversion et comparer avec les autres canaux d’acquisition.

Trafic payant

Dans le tableau de bord Google Analitycs, le trafic payant apparaît généralement avec la mention “cpc” ou “ppc”. Ces données n’apparaîtront que si vous avez lancé des campagnes Adwords sur Google et est dissocié du trafic organique. Ces chiffres ne sont que des indicateurs de trafic et ne remplace pas Google Adwords pour la performance de retours en investissement de vos campagnes.

Le trafic payant inclut également le réseau display si vous avez opté pour cette option dans le ciblage des annonces.

Trafic mail

Enfin, le trafic mail concerne évidemment les visites sur votre site provenant de vos campagnes e-mailing et de vos newsletters. Ce type de trafic, souvent très qualifié s’il s’agit de votre propre base de contacts, n’est pas à négliger. C’est pourquoi il est nécessaire de suivre les données de ce canal afin de mesurer l’impact de vos compagnes.

Conclusion

Les données de trafic sont finalement un excellent moyen de mesurer la performance de votre site web afin d’avoir des pistes sur les leviers d’actions à explorer.  Toutefois, il faut garder à l’esprit que le trafic organique et social seront toujours à privilégier pour générer le plus de visiteurs. Le trafic direct, souvent synonyme d’excellente notoriété, ne sera que le reflet de tout le travail accompli.