Devenir community manager

Fiche métier, formation et salaire
  1. Métiers du numérique et digital
  2.  » Le métier de community manager

En freelance, en agence ou en interne, le community manager a pour objectif de garantir l’e-réputation de son client. Il va donc concentrer ses efforts pour augmenter jour après jour sa visibilité sur les réseaux sociaux. Ses méthodes ? L’animation, la publication de contenus, le lancement de jeux, etc. Tour d’horizon sur les tenants et les aboutissants du travail de ce professionnel du Web.

Présentation du métier de community manager

Les enjeux de la gestion de communauté se font sentir dès le début du 21ème siècle, avec l’avènement d’Internet. Les clients se renseignent avant de prendre des décisions d’achat. Ce comportement marque un grand virage dans la stratégie marketing des entreprises. C’est ainsi que le poste de community manager (CM) a vu le jour.

Cette fonction est créée pour s’occuper de la communauté d’abonnés. Le community manager est sollicité par les marques, les entreprises ou encore les célébrités. Sa mission est d’animer les réseaux sociaux en fédérant et en rameutant des internautes. Ses actions ont pour but d’accroître la visibilité et de générer du chiffre d’affaires pour son client.

Véritable porte-parole, le CM connaît son client en détail afin de pouvoir s’exprimer en son nom. Ce statut implique de nombreuses responsabilités, car il en va de l’image de l’entreprise ou de l’entité qui le recrute.
Les résultats du community manager sont évalués selon le nombre de réactions, de commentaires, d’abonnements, de partages, etc. Plus le chiffre est élevé, plus le CM est efficace, sauf si les commentaires ou les avis discréditent l’entreprise.

Les missions

Digitalisation oblige, les entreprises misent sur leur visibilité en ligne et leur réputation sur les réseaux sociaux. Le community manager est chargé de travailler cet aspect via des contenus viraux, des vidéos ou des images qui interpellent. Sa mission est aussi de tisser des liens entre la marque et ses fidèles clients. Il veille sur l’image en entretenant des échanges productifs, cordiaux et constructifs avec les fans.

Le CM est en quelque sorte le lien qui rattache l’entreprise à sa clientèle. Mieux cette relation se porte, plus l’entreprise est appréciée et gagne en notoriété. Pour trouver les bonnes formules, le community manager s’appuie sur plusieurs techniques. Celles-ci vont de la création de discussions au lancement de publications virales, avec les promotions directes, etc. L’interactivité des internautes est l’instrument de mesure du travail d’un CM. Lorsque la toile est réactive, son objectif est atteint.

Les échanges étant au cœur de ses préoccupations, le community manager intervient pour modérer, animer ou tempérer les discussions. Il s’exprime en se référant toujours aux valeurs de l’entreprise pour ne pas ternir l’image de celle-ci.

Les qualités humaines nécessaires

Les grandes responsabilités du community manager requièrent de nombreuses qualités humaines. La rigueur est indispensable pour éviter tout écart de conduite. Le sang-froid et la réactivité sont incontournables pour réagir en cas de commentaires désobligeants. Le sens de la diplomatie et de l’écoute est plus que nécessaire.

La créativité et la capacité d’analyse sont requises pour assurer cette fonction. La concurrence est rude sur les réseaux. Ainsi, le CM est appelé à trouver des formules intéressantes et efficaces à tout moment. La curiosité intellectuelle doublée d’une excellente culture générale lui permet de maîtriser tous les sujets abordés par la communauté.

La polyvalence et la capacité d’adaptation sont de véritables atouts pour intégrer le poste de community manager. Le sens du relationnel et l’empathie sont de mise, car le CM est amené à répondre et à échanger avec les internautes. Son esprit communicatif facilite son travail. Le CM est autonome, en plus d’être un bon stratège. Il doit pouvoir créer des buzz, sans pour autant faire de bad-buzz.

Les compétences techniques requises

Les qualités rédactionnelles et les connaissances linguistiques figurent parmi les premières compétences du CM. Chargé de communiquer au nom de l’entreprise ou de la marque, il s’exprime correctement. Il maîtrise aussi bien l’orthographe que la grammaire.

Une parfaite maîtrise des outils du Web est nécessaire : fortes notions en Social Media Optimization, en graphisme, en communauté. Dans la même logique, le community manager témoigne de compétences en référencement et en création de contenus. Bref, le monde du numérique n’a aucun secret pour lui.

De solides connaissances du secteur de l’entreprise ou de la marque vont de pair avec le métier de CM. Celui-ci se renseigne au maximum et connaît les mécanismes communautaires, qui sont les rouages de son métier.

Le community manager idéal travaille dans un secteur qui le passionne. Cela garantit une forte implication et surtout la compréhension du domaine et du langage des abonnés.

Face à l’évolution effrénée de la technologie, le perfectionnement des compétences est inéluctable pour garantir de bons résultats. Le CM s’inscrit dans des formations ou des ateliers pour mettre à jour ses connaissances.

Quelle(s) formation(s) pour devenir community manager

Le poste de community manager est ouvert aux titulaires d’une licence ou d’un master en communication ou sciences humaines. Une spécialisation dans le numérique et l’e-marketing est fortement appréciée.

Des formations spécialisées existent au sein des écoles : métiers du numérique, e-commerce, multimédia et Internet, communication en ligne, etc. Parmi les centres de formation, on retrouve entre autres l’IUT de Nantes. Celui-ci propose le parcours TIC ARC : technologies de l’information et de la communication pour l’animation des réseaux et de communautés.

Le Centre de Formation des Journalistes, l’European Communication School, ainsi que les écoles de communication préparent également à ce métier.

Le salaire

Le salaire d’un community manager dépend de son statut : en freelance ou en local. Dans le premier cas, la rémunération est calculée par jour. Dans le deuxième, elle se conforme à la grille salariale des entreprises. La rétribution d’un CM évolue proportionnellement à son efficacité et ses résultats.

Un CM freelance gagne de 700 euros à 1 000 euros par jour. Toutefois, ce montant dépend considérablement de l’ampleur de ses missions et de ses objectifs. En interne, un community manager débutant perçoit à partir de 2 000 euros ou 2 500 euros de salaire brut annuel. Ses revenus moyens peuvent atteindre les 3 800 euros, voire 4 000 euros dans l’année avec de l’expérience. En terme d’évolution, le community manager peut aspirer à devenir social media manager.

Pin It on Pinterest

Share This